Il n’existe rien de plus douloureux que le changement. Et la plupart du temps l’homme et les systèmes y sont réfractaires. C’est l’histoire du crabe : mettez-en un dans un panier la minute d’après vous le verrez dehors. Mais si vous mettez plusieurs dans le même panier chaque fois que l’un voudra sortir les autres vont le retenir. Les hommes se comportent pratiquement de la même manière. Mais comme vous le savez si vous n’évoluez pas vous régressez parce que, et c’est inquiétant, la connaissance humaine double chaque dix ans.

1.    Changez vous-même d’abord
Pour chacun, ce sont les autres qui doivent changer et pas nous. Ce qui est drôle c’est que notre vis-à-vis pense exactement la même chose. Jack CANFIELD dans son livre «LE SUCCES SELON JACK » dit que la responsabilité est toujours à 100% dans n’importe quelle situation: vos relations avec les autres, vos dettes, votre état de santé…

La première personne qui devrait changer est d’abord vous-même. Le titre d’un CD audio de Hermann CAKPO consultant & coach à H&C est « CHANGEZ ET TOUT CHANGERA » Vous voulez que vos collaborateurs s’impliquent plus ? Donnez l’exemple. C’est une erreur monumentale de croire que notre position de manager nous exempt de certains comportements. Selon John MAXWELL, vous ne pouvez pas amener les gens là ou vous n’êtes jamais allé.

2.    Restez constant dans votre changement
Le premier obstacle auquel vous serez confronté, c’est le rejet des autres. Vous auriez l’impression d’être marginalisé et seriez tenté de vous conformer aux anciennes pratiques. La clé de réussite ici est la constante dans vos nouvelles habitudes. Lorsque vous êtes le précurseur d’un nouveau comportement dans une organisation, les gens se moqueront de vous et s’attendent à ce que vous abandonniez et s’emploieront même à vous mettre les bâtons dans les roues.

3.    N’accusez pas la résistance ; l’homme est réfractaire aux changements
La plupart des gens n’arrivent pas à quitter leur travail par peur de l’inconnu. Nous aimons rester tranquillement dans notre zone de confort parce que c’est plus sûr. Par exemple, lorsqu’un nouveau directeur arrive tout le monde est anxieux. Même si un vent de changement va dans l’intérêt des gens ils y sont réfractaires, ce qui est quand même paradoxale. Ne soyez pas surpris parce qu’ils n’ont pas la même visibilité que vous.

4.    Exorcisez votre cercle d’influence
Lorsque vous décidez d’être une nouvelle personne, votre entourage vous le déconseillera. Sans le vouloir vous les offenserez. Vous ne devez pas avoir peur d’heurter la sensibilité des gens. Vous devez commencer par moins fréquenter ceux qui peuvent vous faire revenir en arrière. Rappelez-vous de l’histoire des crabes. Séparez vous alors de ceux qui ne veulent pas changer et allez de l’avant. Mais prenez soin de vous assurer que votre décision de changement respecte au moins ces trois critères :

•    Impersonnel
Ne changez pas de travail parce que vous sortez avec votre assistante. Vous ne devez pas renvoyez quelqu’un parce que sa tête ne vous plait pas et dissimuler derrière des problèmes économiques de l’entreprise.

•    Intérêt général
Toutes décisions que vous prenez doit viser l’intérêt général. Les gens peuvent ne pas comprendre l’opportunité de votre décision. Mais soyez sûr que, in fine, c’est l’intérêt général qui est visé et non les intérêts égoïstes de votre personne.

•    Orientation résultat
De la même manière que vous devez prendre en compte l’intérêt général, restez orienté exclusivement vers le résultat. Sinon, en cas d’échec, ils ne manqueront pas de vous quitter. Ne vous laissez donc pas prendre au piège du politiquement correct.

Par Gandonou S. Marcellin
L’auteur est un Coach & Formateur en optimisation de performance
[email protected]

No votes yet.
Please wait...