Après quelques semaines de pause, je suis contente de vous retrouver sur les “Chroniques de Sandra”.

Pour ceux qui n’étaient pas abonnées à mes articles, “Le Lundi De Service” est une chronique hebdomadaire qui permet, depuis plus d’un an, de partager diverses expériences de service au Bénin avec un accent particulier sur les approches de solutions.

Aujourd’hui, je voudrais juste partager une expérience de service public qui est survenu samedi dernier à Akassato. C’est une expérience qui montre les changements positifs au sein de notre administration.

« Le samedi 8 septembre 15h30, un camion porte char d’une société de construction à accroché ma voiture et a ainsi donc endommagé une partie du véhicule. Malgré les clameurs et cris de la population, le chauffeur à décidé de fuir. Nous avons dû le poursuivre pour le rattraper à 5 km plus loin et l’avons contraint à retourner avec nous jusqu’au lieu de l’accident pour une reconstitution et constat.

Faire un constat au Bénin ; quelle galère, quelle perte de temps. Je sais comment ça se passe. D’abord comment fait-on pour trouver les agents de la police avec des moyens de déplacement disponibles?

N’ayant pas de choix, je me suis préparé psychologiquement à vivre le pire. En appelant le numéro 160 sur Mtn, le numéro est annoncé inexistant et sur Moov il ne passa pas. À 2 km du lieu d’accident je remarque un véhicule de patrouille de la police républicaine. Grand bonheur pour nous, les trois agents de la police nous ont suivi sur le lieu de l’accident.

Et c’est là que commença une expérience agréable empreint de notes d’espoir pour notre pays, malgré le temps que cela m’a pris. Les trois agents étaient impeccables dans leur tenue, portant des gilets de sécurité et des chaussures bien cirées. Mais en plus, ils étaient très courtois et avaient l’air de savoir ce qu’ils faisaient.

Le constat a donc été fait mais il fallait maintenant déplacer les deux véhicules au poste le plus proche où selon, apparemment une nouvelle procédure, toutes les voitures concernées dans les accidents devraient être retenues. Pas très convaincu de cela, j’ai demandé le numéro de téléphone du commissaire de la Police d’Akassato, que les agents m’ont donné sans histoire.

J’ai ensuite essayé de le contacter 7 fois pour en avoir le cœur net. Je lui ai aussi envoyé un sms. Il m’a rappelé au bout d’1h30 d’attente et chose remarquable il a d’abord présenté ses excuses pour la réponse tardive. Ses propos assez précis et convaincants n’ont fait que confirmer ce que ses collaborateurs avaient dit. A la fin de la conversation téléphonique, il m’a encore présenté ses excuses ! Quoi, un commissaire de police qui ne me connaît pas et qui présente ses excuses…Indeniablement, je devrais être entrain de rêver. Nous ne sommes pas au Bénin. !!!

Même si toute cette péripétie m’a pris quatre heures très précieuse, j’étais juste fier du changement qui s’opérait dans ce corps de métier, auparavant, au service d’une certaine catégorie de la population. D’ailleurs, à un moment donné, je me suis demandé si c’étaient les mêmes policiers qu’on avait avant ou si du jour au lendemain, le pays avait recruté ou formé de nouvelles personnes ?

Je sais qu’il nous reste encore beaucoup à faire pour améliorer les choses au Bénin, mais ici, sachons apprécier ce nouveau visage de la police républicaine qui aujourd’hui a le sens du service surtout vis à vis du citoyen lamda. J’ai compris que dorénavant, les citoyens comme moi pouvions faire confiance en notre police sans être obligé de passer par la corruption.”

Il est vrai que par notre nature humaine, nous sommes très nombreux à partager nos expériences négatives sans jamais prendre la peine de narrer celles qui se passent bien. Mais pour faire changer le mauvais service bien ancré dans le secteur privé mais aussi public, il est temps que nous citoyens, commencions par apprécier et reconnaître les agents qui font correctement leur travail. Célébrons-les pour qu’ils soient des émulations pour d’autres.

Très bonne semaine de reconnaissance et d’appréciation des bons travailleurs de notre pays.

Rating: 4.5/5. From 2 votes.
Please wait...