“Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel”. Umberto Eco, grand Ecrivain et philosophe Italien.

Vous est-il déjà arrivé de tomber sur un accident où au lieu de secourir les personnes accidentées, la première réaction des gens est plutôt de filmer les scènes afin de les poster peu après sur des réseaux sociaux sans aucune considération des circonstance et de la vie privée des gens?

Cette semaine, j’ai vu sur la page Facebook d’un Béninois que je ne connaissais pas particulièrement, l’image d’une amie du Kenya, malade sur son lit d’hôpital, branchée de partout avec un message monté de toutes pièces qui n’avait aucun lien avec sa maladie.

Quand j’ai réagi que c’était de l’imposture et de l’arnaque, la plupart des amis de ce Monsieur ont trouvé que ce n’était rien de bien grave parce que le Monsieur n’avait fait que partager lui-même cette publication.

Du coup, il n’était pas responsable du montage et de tout ce que véhiculait cette publication mensongère.

Les réseaux sociaux sont devenus aujourd’hui une partie intégrante de nos vies sociales et professionnelles. Ils sont pour la plupart de nous le premier réflexe au réveil.

A tort ou à travers, beaucoup sont ceux qui ne peuvent plus s’en passer. D’ailleurs l’engagement de la jeunesse Béninoise la semaine dernière en rapport avec la nouvelle taxe introduite par le gouvernement Béninois sur les réseaux sociaux en est une très belle démonstration.

L’accès à l’internet et l’utilisation des réseaux sociaux est de nos jours un droit basique presque comme celui d’avoir de l’eau ou de l’électricité. Même si parfois son usage semble « social », il est de nos jours un excellent moyen pour travailler ou apprendre.

Pendant que certains utilisent les réseaux sociaux pour des raisons « ludique », nombreux start up ou jeunes Entrepreneurs sont sur ces différentes plateformes pour des raisons bien sérieuses de travail, de survie ou de développement de leurs entreprises.

Quand on parle de l’importance des réseaux sociaux, que ce soit au Bénin ou ailleurs, il ne faut pas occulter non plus ses dérives.

Nous constatons aujourd’hui que beaucoup de personnes ont un besoin réel de faire le buzz sur les plateformes sociales et ne rechignent devant aucune situation, parfois douloureuse des uns et des autres, pour se sentir importants sur les toiles.

Une des dérives réelles des réseaux sociaux dans notre contexte actuel est ce besoin à «épater» les autres ou à créer le buzz.

Le désir de « paraitre » pousse beaucoup de nos savants sur les réseaux sociaux à poster sur Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram, Youtube etc, des messages qui n’ont que seul objectif de satisfaire leur désir de «présence».

Le manque de respect de la vie privée est l’une des dérives que nous subissons au quotidien.

Aujourd’hui, même dans les églises, les moments intimes de prière ou de méditation des fidèles sont relayés sur la toile souvent sans leur consentement.

A l’heure où la visibilité est un Graal pour beaucoup, il est nécessaire que nous apprenions aussi à respecter un minimum de savoir-vivre et de respect des autres.

Croyez-moi, les réseaux sociaux sont d’excellents outils pour faire de très bonnes choses.

Cela fait plus de dix ans que les réseaux sociaux sont pour moi un outil de travail et je peux vous assurer qu’ils sont de vrais vecteurs de changement social.

Bien qu’il n’existe pas de règles précises pour utiliser les médias sociaux, nous devons individuellement nous imposer une certaine rigueur sur ce que nous publions.

Ne soyons pas sur les réseaux sociaux juste par devoir d’épater la galerie.

Adoptons des comportements responsables et une stratégie de contribution à la vie sociale de notre environnement.

Même dans le virtuel, il est important de bâtir une e-réputation de qualité où notre communauté web se sent enrichie par nos publications.

Agréable semaine de gestion responsable des réseaux sociaux à nous tous.

Sandra IDOSSOU

Rating: 3.0/5. From 1 vote.
Please wait...